Jeux vidéo: Les grandes ambitions de Webedia

La filiale du groupe Fimalac, déjà leader du secteur, veut devenir le premier média Internet français

Déjà leader sur la thématique des jeux vidéo, le groupe de médias Internet Webedia annonce, ce mardi 9 décembre, un accord pour lancer en français la licence d’IGN, site anglophone de référence au niveau mondial. La société complète ainsi sa panoplie de ” groupe de média publishing dans le divertissement “, ainsi qu’il se définit depuis son rachat en mai 2013 par Fimalac, le groupe de Marc Ladreit de Lacharrière, présent dans les agences de notation (Fitch), les salles de spectacle (Zénith) ou les casinos (Barrière). ” A Webedia, nous prenons des «verticales» thématiques, y repérons des sites leaders et développons pour chacun une stratégie d’expansion “,explique Véronique Morali, la présidente de Webedia.

Le groupe est présent dans le ” glamour ” avec Purepeople ou Puremédias, dans le cinéma avec AlloCiné et dans la cuisine avec L’Académie du goût et 750g.com, numéro deux du secteur derrière Marmiton.org. Le ” gaming ” est un des secteurs à la plus forte croissance, explique Webedia. Ce dernier a racheté cet été, pour 90 millions d’euros, le leader incontesté Jeuxvideo.com, un site lancé en 1997 et connu pour ses communautés très dynamiques (ainsi que ses forums parfois polémiques). Celui-ci s’est d’ailleurs offert lundi 8 décembre une nouvelle version. Par ailleurs, Webedia a annoncé, le 17 novembre, l’acquisition de Millenium.org, beaucoup plus confidentiel mais considéré comme un pionnier français dans la catégorie ” e-sport “, c’est-à-dire le jeu vidéo de compétition.

IGN, qui propose un suivi large de l’actualité du jeu vidéo, peut paraître redondant avec Jeuxvideo.com. Mais aux yeux de Webedia, cette marque – qui sera alimentée en France par environ 70 % de contenus traduits – vient compléter son portefeuille : IGN pour les joueurs occasionnels, Jeuxvideo.com pour les joueurs réguliers, Millenium.org pour les joueurs experts.
Webedia estime être le seul à toucher tous les types de joueurs, et y voit un avantage vis-à-vis des annonceurs : la plupart sont aujourd’hui captifs – souvent des éditeurs de jeux vidéo -, mais le groupe espère convaincre des marques plus généralistes et pourrait ainsi proposer de toucher une tranche d’âge, par exemple les 15-24 ans, sur lesquels il s’estime leader avec l’ensemble de ses ” verticales “.

Mais surtout, IGN est une occasion pour Webedia de s’internationaliser davantage : la marque appartient au groupe de médias américain Ziff Davis et est déjà déclinée dans 23 éditions nationales. L’accord donne au groupe français la licence IGN pour le Brésil. Ce qui tombe bien, puisque Webedia est déjà présent dans ce pays avec environ 70 employés, notamment pour Purepeople et 750g. Dans le jeu vidéo, la filiale allemande de Webedia a lancé Gamepilot.de, qui revendique ” 1 million de visiteurs uniques au bout d’un mois “. Le groupe affirme que son activité à l’international va être équilibrée en 2014.
En France, le ” pôle gaming ” de Webedia réunit au total 4,4 millions de visiteurs uniques par mois, selon Médiamétrie NetRatings. Jeuxvideo.com, seul, en touche 4,1 millions en octobre, loin devant ses principaux concurrents – Jeuxactu.com, Jeuxvideo.fr, Gameblog, Gamekult – atteignant chacun entre 1 million et 600 000 visiteurs.

Commerce en ligne
Par ailleurs, 943 000 internautes français ont regardé au moins une vidéo sur Jeuxvideo.com en octobre, selon Médiametrie NetRatings. Ce segment est en forte croissance, notamment avec la vogue des sessions de jeu commentées par des joueurs stars et celle des retransmissions de compétitions.
Webedia espère doubler en deux à trois ans le chiffre d’affaires de son ” pôle gaming “, avoisinant actuellement 15 millions d’euros. Le groupe envisage de développer le commerce en ligne. Voire, imagine Mme Morali, de faire un jour des événements dans les salles du groupe Fimalac.
Grâce notamment à son activité décomplexée de contenu de marque ou ” brand content ” (le groupe réalise des sites pour des annonceurs comme la Villa Schweppes sur le monde de la nuit), Webedia croît vite : rentable, il veut passer d’environ 75 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2014 à 100 millions en 2015. Il a atteint en octobre 21 millions de visiteurs uniques, et disputé à Orange la place de premier groupe français. Emménageant il y a un an sur plus de 2 000 mètres carrés, le groupe compte de nouveau changer de locaux en 2015. Notamment pour intégrer les 40 employés deJeuxvideo.com, basés à Aurillac, et de Millenium.org, à Marseille.

(Français) Intercloud annonce une levée de fonds de 5 millions de dollars

Cette nouvelle levée de fonds va permettre à InterCloud d’étendre sa présence internationale ainsi que de renforcer ses investissements en R&D.

Paris, le 16 octobre 2014 – InterCloud, opérateur d’accès au Cloud, annonce aujourd’hui une importante levée de fonds d’un montant de 5 millions de dollars auprès de CapHorn Invest, Ventech et Riverbed® Technology, spécialiste des infrastructures de performances applicatives.

Cette troisième opération porte à 6,5 millions de dollars les fonds levés par la société depuis sa création fin 2010, par Antoine Valat, Benjamin Ryzman et Jérôme Dilouya.

« Cette opération illustre notre dynamique de développement et de croissance. Notre objectif est de doubler notre portefeuille de clients l’année prochaine » indique Jérôme Dilouya, Président d’InterCloud. « Nous sommes ravis d’accueillir Riverbed, CapHorn Invest et Ventech dans le cercle de nos investisseurs. Cette levée de fonds témoigne de leur confiance et représente un apport conséquent pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés. »

Une stratégie orientée vers l’International et la R&D
InterCloud propose aux entreprises un accès unique et dédié aux principaux fournisseurs de services Cloud (comme Salesforce.com, Microsoft et Amazon Web Services), garantissant ainsi la qualité de service, la sécurité et le contrôle des accès aux Clouds.

Aujourd’hui, la société compte plus de 30 clients et a accéléré son développement grâce à des projets d’envergure internationale auprès de grandes entreprises telles que Schneider Electric ou la Société Générale.Cette levée de fonds va permettre à InterCloud de renforcer ses investissements en R&D, afin de proposer aux entreprises de nouveaux services d’optimisation, de sécurité et de visibilité des applications Cloud. Déjà présent en Europe, en Asie et aux Etats-Unis, InterCloud compte aussi accélérer son développement à l’International.
Ces 12 derniers mois, InterCloud a enregistré une croissance continue de son CA de près de 10 % par mois. Dans les 15 prochains mois, l’entreprise a prévu de renforcer son équipe en recrutant de nouveaux experts pour poursuivre son expansion.

Un partenariat stratégique avec Riverbed pour développer une solution unique sur le marché

Au-delà de l’investissement réalisé dans le cadre de cette levée de fonds, Riverbed et InterCloud ont noué un partenariat stratégique pour créer une connexion privée et sur-mesure entre les data centers et les infrastructures SaaS des clients. Celle-ci permet ainsi un niveau inégalé d’optimisation, de sécurisation et de visibilité sur les applications Cloud.
En associant la technologie Riverbed® SteelHead™, solution leader sur le marché d’optimisation des WAN, avec l’infrastructure globale d’InterCloud, les deux acteurs créent une connexion à la fois privée et plus rapide pour accéder au Cloud, levant ainsi les principaux freins à son adoption, et en particulier ceux liés à la performance, à la sécurité et à la fiabilité de l’accès.

« Aujourd’hui, de nombreuses entreprises ont besoin d’une connexion plus rapide, sécurisée et fiable aux solutions SaaS, IaaS et PaaS, qu’Internet ne peut pas toujours offrir », déclare Paul O’Farrell, Vice-Président et Directeur Général, SteelHead Products Group de Riverbed. « Riverbed et InterCloud apportent une solution aux problèmes de performance des applications, aux limites de bande passante et aux temps de latence entre entreprises, data centers et Cloud où les applications sont hébergées. Ensemble, nous permettons l’hébergement des applications et des données là où elles servent le mieux les intérêts de l’entreprise. »
Nomination d’un nouveau Président du Conseil d’Administration
InterCloud annonce également la nomination de Patrick T. Gallagher au poste de Président de son Conseil d’Administration. Doté de plus de 30 ans d’expérience internationale dans les télécommunications, dont 17 ans chez British Telecom, Patrick a notamment exercé la fonction de Président de BT Europe, Directeur du groupe Stratégie et Développement et membre du Comité Exécutif. Il a également occupé le poste de CEO chez Flag Telecom.
« Nous avons identifié l’offre d’InterCloud comme un maillon essentiel pour l’expansion des services hébergés dans le Cloud public ou hybride » déclare Jean Bourcereau, associé et Managing Partner chez VentechVC.
Pour Guillaume Dupont, cofondateur de la société de gestion CapHorn Invest « la solution d’InterCloud répond parfaitement aux problématiques actuelles des entreprises. Nous nous réjouissons de participer à leur développement. »

À propos d’InterCloud
InterCloud propose aux entreprises un accès unique et dédié aux principaux fournisseurs de Cloud, garantissant ainsi la qualité de service, la sécurité et le contrôle des accès aux Clouds. Les clients d’InterCloud accèdent ainsi à leurs applications Cloud comme si elles se trouvaient au coeur même de leur réseau d’entreprise et ce, sans qu’aucune donnée ne transite sur Internet. InterCloud supervise et administre son propre réseau global pour fournir une connectivité privée de bout-en-bout entre les entreprises et leurs fournisseurs de Cloud Computing.

À propos de Ventech
Depuis 15 ans Ventech soutient les meilleurs entrepreneurs opérant dans le domaine de l’économie numérique et des technologies associées, depuis ses bureaux de Paris, Munich et Beijing, Ventech investit actuellement son quatrième véhicule dédié à l’Europe, Ventech Capital F (2012, €110m).

À propos de CapHorn
Invest CapHorn Invest est un fonds d’investissement indépendant de 50 millions d’euros dédié aux jeunes PME françaises au stade du développement commercial. CapHorn Invest s’appuie sur 130 dirigeants d’entreprise et Family Office, tous investisseurs du fonds, afin d’accélérer le développement commercial des sociétés dans lesquelles le fonds investit en leur apportant notamment un complément de compétences et de contacts commerciaux.
CapHorn Invest s’appuie sur les leaders d’aujourd’hui pour accompagner ceux de demain.www.caphorninvest.fr

À propos de Riverbed
Réalisant plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel, Riverbed est le leader dans le domaine de l’infrastructure de performances applicatives, proposant la plateforme informatique indépendante de l’emplacement (Location-Independent Computing) la plus complète. ‘Location-Independent Computing’ transforme la localisation et la distance en avantage concurrentiel, puisqu’elle permet aux systèmes informatiques d’avoir la flexibilité d’héberger des applications et des données dans les emplacements les plus optimaux, tout en veillant à ce que les applications s’exécutent selon les attentes, que les données soient toujours disponibles en fonction des besoins et que les problèmes de performance soient détectés et résolus avant que les utilisateurs finaux ne les remarquent. Les 25 000 clients de Riverbed comprennent 97 % des entreprises du palmarès Fortune 100 et 95 % des sociétés du palmarès Forbes Global 100. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site www.riverbed.com

Communiqué de presse –

(Français) Viadeo, le réseau social professionnel, va s’introduire à la Bourse de Paris

Fort de ses 60 millions de membres dans le monde, Viadeo le réseau social professionnel français cofondé et dirigé par Dan Serfaty, veut franchir une nouvelle étape. Après avoir levé 24 millions d’euros, notamment auprès de la BPI en 2012, Viadeo envisage désormais de s’introduire en Bourse. Mardi, il a enregistré son document de base auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) pour une introduction sur le marché à Euronext Paris d’ici au début de l’année 2015. Le choix de la place de Paris répond à une double motivation. La première est de se démarquer de son grand concurrent américain LinkedIn en privilégiant son implantation européenne. La deuxième est de servir de locomotive pour redynamiser le secteur des valeurs Internet à la Bourse de Paris, secteur totalement sinistré. En effet, le marché parisien n’a pas vu d’introduction en Bourse de société Internet de taille respectable depuis SeLoger… en décembre 2006. Criteo, une autre star du Web français, a préféré une introduction sur le Nasdaq en octobre 2013.

En revanche, en choisissant la place de Paris, Viadeo prend le risque d’être moins bien valorisé que sur le marché américain. Toutefois, les banquiers conseils ont assuré aux dirigeants de Viadeo que les investisseurs français et européens devraient être prêts à jouer le jeu. Viadeo peut se comparer à ses deux grands rivaux: l’allemand Xing coté à Francfort sur la base de 6 fois son chiffre d’affaires et son rival américain LinkedIn, valorisé 9 fois son chiffre d’affaires. Viadeo, qui affiche un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2013, pourrait ainsi viser une valorisation comprise entre 180 et 200 millions d’euros.

Tout cela dépendra de la conjoncture boursière et de l’appétit des investisseurs. «L’opération sera l’occasion de lever de l’argent afin de poursuivre la croissance du groupe», explique Dan Serfaty. Les actionnaires actuels dont les fondateurs et managers (28 %), les investisseurs dont BPI, Idinvest et Ventech (32 %) et les actionnaires des sociétés acquises notamment en Chine (16 %) devraient rester au capital.

En 2012, Viadeo a levé 24 millions d’euros pour investir massivement à la fois dans sa plateforme technologique, dans son expansion en Chine et en Russie et dans la transition sur le mobile. Aujourd’hui, la nouvelle plateforme est opérationnelle, le mobile représente déjà 40 % du trafic, et l’implantation internationale est bien entamée. Outre ses 9 millions de membres en France, Viadeo compte 20 millions de membres en Chine, 3 millions en Afrique francophone et 1 million en Russie.

Cette phase d’investissement massif s’est traduite par une perte de 13,1 millions d’euros en 2013, dont 6 millions pour l’expansion en Chine et 2 millions d’euros pour la technologie.

L’argent qui devrait être levé lors de l’introduction en Bourse servira «à accroître son avantage en Chine et à renforcer considérablement la force commerciale pour vendre des solutions de recrutement aux professionnels», ajoute Dan Serfaty. Actuellement, les revenus de Viadeo reposent à hauteur de 50 % sur les abonnements, 20 % sur les médias et 30 % sur les solutions de recrutement.

Source : lefigaro.fr

Top News : Online Cosmetics Site Jumei’s IPO Spawns China’s Newest Billionaire

Shares in Jumei International Holding, one of China’s largest online cosmetics websites, climbed more than 11% in their U.S. IPO today, generating the country’s latest billionaire.

Chairman Leo Chen held about 41% of the company prior to the IPO, according to Jumei’s prospectus. His holding was worth $1.2 billion just ahead of noontime in trading at the New York Stock Exchange.

Chen was a member of the 2012 and 2013 Forbes China “30 Under 30” lists of notable entrepreneurs under the age of 30.  Jumei’s product line-up has included Calvin Klein, Estee Lauder, Avon and Elizabeth Arden brands.

Chen holds a Stanford MBA. Before founding Jumei, he set up an online game platform, Gerena.

Sequoia also owns a stake in the company.

Other China IPOs in the U.S. in the works this month are Alibaba.com, the country’s biggest e-commerce business, and JD.com, another large e-commerce company.

China had a record 152 billionaires on the 2014 Forbes Billionaires List, second only to the United States.

Interest in U.S. listings among venture capitalists that back Chinese start-ups has been on the rise because of the unpredictability of IPO rules in the country, Highland Capital Partners managing director Chuan Thor said recently.

Source : ForbesShares in Jumei International Holding, one of China’s largest online cosmetics websites, climbed more than 11% in their U.S. IPO today, generating the country’s latest billionaire.